L’oreille grise






Le premier doudou qu’a eu Anne-Lise, 25 ans, était un lange blanc. « On appelait ça le dodo ».
Vers l’âge 7 ou 8 ans, elle s’est rendue dans un magasin de jouets avec son père et ses frères.
En se baladant dans les rayons, elle est tombée nez à nez avec un lapin blanc orné d’un nœud rose.
« Il était épais et doux, je n’ai pas pu m’empêcher de le prendre entre mes mains ».
Sans doute pour « le montrer à mon père ». Lorsque la famille est arrivée sur le parking du magasin
de jouets, elle tenait toujours le lapin dans ses mains sans que personne ne s’en soit rendu compte.
Elle n’avait aucune intention de le voler elle voulait « juste le montrer à mon père ».
En rentrant à la maison, Anne-Lise a enlevé le petit nœud rose du cou du lapin. Elle a dormi
toutes les nuits avec jusqu’au collège. Son odeur la rassurait. Sous son nez à elle,
elle collait l’oreille gauche du lapin, « toujours la même ». De fait, aujourd’hui l’oreille est toute grise. 
« Au fil du temps et des frottements, il s'est modelé, il est devenu tout mou, moins blanc et moins doux... »




Quand j’ai dit à Anne-Lise qu’elle avait vraisemblablement choisi ce doudou dans ce magasin,
elle m’a répondu que selon elle, c’était lui qui l’avait choisie. Si elle n’avait pas voulu le prendre,
il est resté néanmoins dans ses bras. Anne-Lise habite à Bruxelles depuis quelques années,
mais ce n’est que tout récemment qu’elle a récupéré son doudou. Elle l’a ramené de Nantes
pour le ranger avec celui de son copain. « Genre le couple de doudous ». Maintenant ils sont ensemble,
dans le tiroir de la chambre et ils se font des câlins.






Histoire précédenteHistoire suivante